Liens
Enquêtes
Livres
Ouvrages collectifs
Documentaires
Interventions
Liens
Blog
 
Liens
Michel Koutouzis C'est mieux, allez-y.
DrugSTRAT
UNODC
Contrefacon
TNI
MILDT
Poppies
JANE'S

...Si le monde s’est globalisé, il a éclaté au moins autant que ceux qui en rendent compte. C’est dire à quel point, une information qui voit le jour est le résultat de filtres subjectifs et surtout d’un « consensus de perception », d’un compromis. Une fois ainsi « donnée », « l’information - compromis » devient un sujet d’information et d’analyse supplémentaire, s’enrichit de nouvelles variantes, des nouveaux protagonistes s’en emparent, lui donnant l’intérêt qu’ils veuillent bien, celui qui leur permettra de « vendre ». Vendre de l’intérêt humanitaire, des nouveaux logiciels de contrôle ou de perception, vendre des nouvelles peurs, de nouveaux espoirs, des subventions, des aides au développement, des armes, de l’audimat, des journaux, des services de protection, des analyses géopolitiques, etc.


La « perception » devient un sujet en soi, détermine des nouveaux marchés et, dans ce dessein, elle doit se focaliser, se concentrer, gagner du temps et de l’espace (télévisuel par exemple) pour atteindre la pérennité relative nécessaire à une exploitation. Ainsi, les espaces et les événements qui s’y produisent entrent dans une course de compétition, qui parfois les transforme en hubris, en démesure. La focalisation a un prix, n’est pas neutre, engendre des actions et des dividendes. C’est là, sans doute, la première contradiction issue d’une globalisation de l’œcoumène et des multiples acteurs qui en rendent compte. Or, cette focalisation sélective empêche l’anticipation. Elle engendre un regard et une action « paniques » (au sens que lui donnent les auteurs du « théâtre panique »), qui partent à la recherche d’archétypes enfouis dans l’inconscient collectif de nos sociétés, considéré comme une « valeur forte et pérenne ». Elle est la seule à pouvoir « fixer » (dans les deux sens) et à cultiver l’intérêt.


Ainsi, la garantie principale de la durée devient justement l’exceptionnel, c’est-à-dire quelque chose qui en soit est éphémère...

lotophages
18/03/06